Androcur, un nouveau scandale sanitaire

Une étude publiée récemment, a permis à l’Assurance maladie d'émettre des recommandations aux patients auxquels sont prescrits notamment l'Androcur,  qui semble peut-être augmenter le risque de méningiome, une tumeur cérébrale le plus souvent bénigne.

L’acétate de cyprotérone est officiellement indiqué chez la femme dans le traitement de certaines maladies hormonales qui se manifestent par une augmentation majeure du système pileux (hirsutisme), mais encore dans la prise en charge de la ménopause, des troubles menstruels et de l’endométriose,  et chez l’homme pour certaines formes de cancer de la prostate. Il est également donné à des personnes transgenres afin de diminuer les hormones mâles.

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) indique que les progestatifs Continuer la lecture