Les procédures face aux scandales sanitaires

Un point sur les précédures en condamnation et en indemnisation pour les scandales sanitaires.

ANDROCUR comme le MÉDIATOR…

***

LA PROCÉDURE EN RESPONSABILITÉ CIVILE

Cela signifie « mettre en cause » le laboratoire responsable devant un tribunal, en l’occurrence le Tribunal de Grande Instance.

Concernant l’ANDROCUR, le Cabinet agira contre le Laboratoire BAYER HEALTHCARE SAS domicilié à LOOS.

... Continuer la lecture

Androcur, un nouveau scandale sanitaire

Une étude publiée récemment, a permis à l’Assurance maladie d'émettre des recommandations aux patients auxquels sont prescrits notamment l'Androcur,  qui semble peut-être augmenter le risque de méningiome, une tumeur cérébrale le plus souvent bénigne.

L’acétate de cyprotérone est officiellement indiqué chez la femme dans le traitement de certaines maladies hormonales qui se manifestent par une augmentation majeure du système pileux (hirsutisme), mais encore dans la prise en charge de la ménopause, des troubles menstruels et de l’endométriose,  et chez l’homme pour certaines formes de cancer de la prostate. Il est également donné à des personnes transgenres afin de diminuer les hormones mâles.

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) indique que les progestatifs Continuer la lecture

DIANE 35: une nouvelle défaillance du système de sécurité sanitaire

L’agence du médicament confirme quatre décès et peut être 7 liées à la pilule Diane 35. Le directeur de l'Agence du médicament doit donner un avis ou peut être une décision, très rapidement, concernant l'emploi de ce médicament contre l'acné détourné en pilule contraceptive.
On apprend ce matin dans les médias que le directeur de l’Agence du Médicament (ANSM) Dominique Maraninchi a déclaré lundi qu’il fallait «arrêter» d’utiliser le Diane 35, traitement contre l’acné, comme contraceptif. Maraninchi a confirmé par ailleurs que des «décisions seraient prises dans la semaine» concernant le Diane 35 en tant que traitement contre l’acné, compte tenu de son profil de risque (thromboses pouvant déboucher sur des embolies pulmonaires). L’agence nationale du médicament fait état sur ces 25 dernières années de quatre décès «imputables à une thrombose veineuse liée à Diane 35», un traitement contre l’acné mais à l’usage détourné comme contraceptif oral et utilisé par 315 000 femmes. En effet, ce médicament n’a jamais disposée d’une autorisation ... Continuer la lecture